Un poème de Diti Ronen lu par Pascale Goëta