Blog

Le baiser de la poésie : Ronny Someck et Michel Eckhard Elial le 29/09/2016 à la Maison de la Poésie

Dans ce recueil, vingt-quatre poèmes d’amour de Yehuda Amichaï (1924 – 2000) et de Ronny Someck (né en 1951) sont réunis par leur traducteur Michel Eckhard Elial. Un choix qui établit, dans la rencontre de deux générations de la poésie israélienne contemporaine, la présence d’une filiation poétique et sa célébration de l’amour : amour du proche, […]

Ronny Someck sur Cartalita

Un site qui analyse toute l’actualité artistique et  littéraire en Israel et à l’international   » CARTALITA SIGNIFIE TRESOR EN ARAMEEN.  NOUS SOMMES UN BUREAU DE CREATIFS  EXPLORATEURS NAVIGANT ENTRE PARIS & TEL AVIV. NOUS SUPERVISONS LA DIRECTION ARTISTIQUE D’EXPOSITIONS ET DE PROJETS AMBITIEUX AVEC DE LA CREATION DEDANS. CARTALITA C’EST AUSSI UN DIALOGUE AVEC CARTALITA JOURNAL. NOUS PARTAGEONS ICI UNE PART DE NOTRE BUTIN. «  http://www.cartalita.com/ronny-someck Photo de Ronny […]

Un poème de Ronny Someck

Place des Rois d’Israel. Le jour d’après Les bougies du souvenir étirent leurs flammes comme les rayures du tigre tué dans la jungle de ses rêves. Ses yeux ont presque vu le loup cohabiter avec l’agneau, ils restent collés au mur du sang sur le chemin du coeur. Traduction © Michel Eckhard Elial

Le Chemin des Lettres : la lettre samekh

Reprise du Chemin des Lettres avec Michel Eckhard Elial : mardi 20 septembre 2016 de 19h30 à 21h : la lettre Samekh  Par miracle elle n’a pas pris pied dans la pierre sculptée, parce qu’elle rayonne sans fin, équidistante du proche et du lointain. L’être est-il un point du cercle ou sa gravitation vers la lumière, un […]

Passages frontières – Editorial de la revue Levant n°9

Au commencement, dans l’amas et le chaos, pas de frontières, l’un. Puis l’exil, le multiple : langues, territoires, peaux. Des frontières célestes et imaginaires, à celles de la terre. Mettre des noms, poser des frontières. Séparation est le chemin de l’histoire, et de la pensée, posant des limites, même si les bornes de la raison furent […]