Denis Zimmermann et le recueil d’Eliaz Cohen