Poème de Michel Eckhard Elial du 8 avril 2017