Un poème de Diti Ronen traduit par Michel Eckhard Elial